un papy stratégie
21 octobre 2020

La stratégie d’un Papy sportif : interview de Vincent, un grand-père relais !

Par Coralie

Vincent est un grand-père bien connu dans le monde sportif et plus particulièrement celui de l’athlétisme. Ce professeur d’éducation physique retraité, entraîneur et président volontaire d’un club sportif local , a débuté une nouvelle activité sportive depuis 6 ans: il est devenu Papi! Il prend volontiers le relais avec son épouse quand ses enfants en expriment le besoin. Il est important de tenir la forme quand on se partage entre 4 petits-enfants dont deux qui habitent dans une province différente. Mais Vincent poursuit sereinement et pas à pas ses objectifs: il arrive à trouver un certain équilibre entre ses passions et sa famille. Alors a-t-il mis au point un entraînement digne des plus grands champions? Quels sont ses conseils stratégiques pour avancer au bon rythme et par petites foulées? Je vous propose de découvrir ci-dessous le témoignage de mon invité. Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui! A vos marques: 3.2.1, partez ! (Après avoir lu tout l’article, c’est quand même plus gratifiant pour mon travail ;-))

Deux distances, deux cellules familiales, deux présences adaptées.

La distance qui sépare Vincent et son épouse de leurs petits-enfants influence, logiquement, leurs contacts et rencontres : “Pour ceux qui habitent à une vingtaine de kilomètres, nous avons l’occasion d’aller les conduire et/ou les rechercher au domicile ou à l’école. Cela se fait en fonction de nos disponibilités et de nos horaires car mon épouse travaille encore. On les accompagne chez eux ou chez nous, en attendant que les parents terminent leurs journées de travail. Pour les autres petits-enfants qui habitent dans une autre Province, nous sommes appelés à la rescousse pour des gardes plus ponctuelles comme les journées pédagogiques, ou encore ici, pour la prolongation des vacances d’automne. Mon épouse essaie d’adapter son horaire en fonction de ces situations. Les enfants nous préviennent, au plus tôt, pour que nous puissions nous arranger. Nous profitons de ces visites pour organiser de petites sorties; les plaines de jeux, les parcs, les endroits où il y a des animaux rencontrent toujours un franc succès.”

Ce périmètre familial a d’ailleurs fait l’objet d’une étude expérimentale, sortie en mars 2020, en Belgique. Unique, cette recherche rassemble des chiffres qui n’ont jamais été produits et donc analysés auparavant.

StaBel, l’office belge de statistiques, a permis de mettre en lumière que “52 % des grands-parents habitent à moins de 5 kilomètres de leurs petits-enfants”. Vous comprenez, aisément, que ce rayon influence logiquement la nature et la fréquence des relations qui s’établissent entre générations.

Pour ceux qui aiment les chiffres, les résultats de l’étude sont ici.

Néanmoins, malgré la distance entre les deux maisonnées des petits-enfants, au moins une règle commune est appliquée : pas de télé !

Première stratégie de Vincent : garder des trésors !

Autant prévenir tout de suite, à tous les fans du minimalisme, de l’art de s’alléger, passez ce paragraphe! Par ailleurs, que le premier qui ne s’est jamais émerveillé des trésors des greniers de grands-parents me jette le premier coffre à trésors ! (Enfin, j’avoue qu’il n’aurait pas fallu me dire cette phrase, lors de mon sixième trajet au parc conteneurs pour vider le grenier de “MamY” même si j’avais retrouvé mon arbre magique, tous mes cahiers de dictée, mon “Dessinons la mode” et même mon E.T qui me pointait du doigt !)

Vincent me révèle : “J’ai gardé mes anciens jouets. Aujourd’hui, ils sont à nouveau utilisés, comme mes petites voitures par exemple. Mais l’activité phare du moment, pour les plus grands, c’est la plasticine*  maison qui est réalisée par maman. On peut y jouer pendant des heures !”.

Jouets d'enfants voiture vintage

Trésors de greniers. Photo de Maksym Kaharlytskyi sur Unsplash

Et en parlant d’élasticité, Vincent a un conseil, mais je ne vais pas vous parler d’étirement

Nouveau sport, nouvelles règles, nouvelle stratégie!

Il m’explique que lors d’une dernière discussion, ils partageaient avec d’autres personnes, le constat suivant : “Nous n’avons pas eu assez le temps de profiter avec nos enfants. Nous étions beaucoup pris par le travail, les choses à côté…” Nous voulons donc, aujourd’hui, profiter un maximum de nos enfants et petits-enfants.”

Et cet enseignant, qui a été toute sa carrière entouré d’enfants , constate que les choses changent, que les règles évoluent. Ce qui le motive à nous communiquer la suggestion suivante : “Il faut savoir être  conciliant, notre rôle n’est pas celui des parents mais il est important de connaître leurs tactiques en matière d’éducation pour construire notre place”.

Cette discussion, nous amène à parler de la grand-mère de mon portrait. Elle occupait une place clé de l’équipe familiale : “Une place stratégique, elle était le lien entre les cousins et les cousines, entre nous et les cousins de Bruxelles qui venaient passer les congés à la campagne. J’ai des souvenirs de la maison de ma grand-mère comme un point de ralliement qui permettait à la famille de passer les vacances tous ensemble !”

Si bien que je demande à Vincent si son épouse et lui-même ont déjà eu l’occasion d’accueillir les 4 petits-enfants en même temps. Il me répond : “Pas encore, mais ca va être un grand déménagement !”

Voilà un joli challenge pour ce grand-père qui aime dire qu’il fait du “Papysitting”. Je comprends que sa prochaine performance se jouera à domicile et dans la durée, une sorte de “Papiathlon”.:-)

 

Un très grand merci à Vincent pour cet échange.

Le temps file, c’est déjà le quatrième portrait que je vous propose dans ce défi du “Trombino’scoop“. Je viens de terminer le premier mois sur les douze qui me permettront de rencontrer des grands-parents de coeur ou de sang de Belgique et de l’étranger. (Les témoignages précédents se trouvent ici)

J’espère que vous prenez autant de plaisir à me lire que moi à vous écrire!

Nous nous retrouvons la semaine prochaine avec un nouveau témoignage.

D’ici là, prenez le temps de respirer, c’est la base de tous les sports! N’hésitez pas à partager, en commentaire, vos stratégies pour garder “votre” équilibre.

Au plaisir de vous retrouver.

Coralie

* joli mot belge que nous utilisons pour la “pâte à modeler” pour les lecteurs français. Je peux vous dire que c’est important de préciser, vu l’expression de collègues français quand je proposais d’en utiliser pour l’une de mes activités. Jusqu’à ce qu’une d’entre elles me dise mais tu vas utiliser quoi ??? Et bien, pas moyen de trouver un autre mot, je ne connaissais que le belge !

 

Qui est le portrait du jour ?

Prénom : Vincent de la région de Péruwelz

Nom de grand-père : Papi

Petits-enfants : Eva (6 ans), Mirko (3 ans), Estelle (presque 3 ans), Léon (5 mois).

 

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! ;-)
  •  
    137
    Partages
  • 137
  •  
  •  
  •  
  •