poisson poubelle
19 septembre 2021

J’ai retrouvé Michel, l’inventeur du poisson poubelle !

Par Coralie
poisson poubelle

Michel Legay, inventeur du poisson poubelle

Il y a quelques mois, dans le portrait en compagnie d’Agnès qui organise des “Clean Walking”, je vous parlais du poisson poubelle que j’ai découvert à Munich.

Après des recherches et quelques péripéties, j’ai retrouvé Michel, son inventeur.

C’est en direct de son atelier situé dans la Bretagne du Sud, sur la presqu’île de Rhuys, que nous avons pris le chemin de l’évasion.

Ce bricoleur né, curieux de nature, nous explique comment il décide de mettre sa passion au service de multiples actions qui font sens.

Vous découvrirez, dans cet article, que son poisson n’est pas la seule de ses inventions. Mais surtout qu’il n’y a pas d’âge pour pratiquer le second degré…. Bienvenue pour ce 51 ème portrait, on a dépassé la dernière dizaine, et le plaisir de vous retrouver reste intact.

 

Une région qui ne peut qu’encourager à la préserver.

Originaire du Nord Pas-de-Calais, Michel, publicitaire retraité, a décidé, il y a quelques années, de poser ses valises à Sarzeau. “Nous sommes dans le Morbihan du sud. Je vis sur la presqu’île de Rhuys, entouré par la mer. Et comme partout où il y a la mer, les paysages sont juste magnifiques.”

Nouveau dans la région, à son arrivée, Michel s’inscrit dans différentes associations. Il découvre également une festivité très fréquentée, tous les deux ans, “La semaine du Golfe”. Cet évènement intenational, qui rassemble des flottilles composées de bateaux de caractère, draine chaque année des milliers de spectateurs. Rien que pour vous donner une idée de l’ampleur de cet événement, en 2019, c’est plus de 5000 marins qui ont participé à ce concept original dans un cadre d’exception. Je savais que des milliers de personnes allaient fréquenter les plages à ce moment-là. Ce qui signifiait que toute une partie d’entre elles, allaient avoir des cannettes, des bouteilles en plastique…en même temps, je voyais toutes ces images de pollutions des mers sur Internet…je savais que je n’allais pas changer le monde, mais je voulais faire quelque chose pour l’écologie et j’ai pensé à ce poisson poubelle. Il fallait que cet objet soit fonctionnel, qu’il s’ouvre et qu’il se ferme pour être déchargé. Un autre point important était qu’il amuse les enfants et qu’il nous fasse penser à la terre. C’est pour ces raisons qu’il est rond, qu’il nous fait penser à une mappemonde avec sa structure proche des méridiens terrestres.”

Petit poisson poubelle deviendra grand.

“Je suis parti sur un prototype que j’ai présenté à l’association. Suite à celui-ci, j’ai créé le poisson jaune. Mon idée a, très vite, été que ce poisson devienne un concept qui puisse être partagé et copié à grande échelle. Que les plages soient recouvertes de poissons. C’est pour cette raison, que j’ai mis à disposition, en ligne, tous les plans gratuitement. Malheureusement, nul n’est prophète dans son pays et pour des raisons de gestion, le poisson originel est, actuellement, dans mon jardin. Cependant, je me réjouis de voir la mesure que le projet a pris dans d’autres régions. Dans l’Herrault, par exemple, 30 poissons ont été confectionnés par les ouvriers d’une entreprise adaptée et ont rejoint différentes plages. Certains ont aussi décliné l’idée pour en faire du tri sélectif. Et comme on dit, petit poisson deviendra grand…Depuis des mois, je suis enchanté de recevoir des petits messages du monde entier. J’ai reçu un bravo de Singapour, j’ai été invité par l’ambassade de Tunisie, un professeur finlandais et sa classe m’ont envoyé une photo à côté de leur poisson pour me remercier.”

Mais Michel a bien d’autres passions.

 “J’aime me marrer, ce week-end, par exemple, j’ai participé à un week-end de fous furieux du Solex à Quiberon. Tous les ans, ils organisent le tour de la presqu’île en Solex avec l’originalité que les participants soient déguisés, ou les solex décorés, ou les deux. Cette année j’ai concouru avec un Solex mouette rieuse ! Il y a quelques années, j’ai gagné ce concours en participant en père Noël chevauchant un traineau conduit par un renne articulé. Ce montage était impressionnant et il fallait le manoeuvrer. Il m’a également permis de soutenir une opération escargot en bloquant les ronds-points de la région pour les retraites. Aujourd’hui, le renne a pris sa retraite dans une maison de repos située à Brest. Il sort chaque année en période de Noël, ca me fait sourire de le savoir là.”

Michel est aussi sculpteur, photographe…“Mon papa est décédé lorsque j’étais tout petit. De ce fait, j’ai beaucoup vécu chez mes grands-parents. J’ai passé des heures dans l’atelier de mon grand-père, où j’ai appris les bases de la menuiserie. J’ai eu la chance d’avoir ma grand-mère qui m’a appris le dessin. Elle me disait tout le temps, si tu sais faire un trait et un demi-cercle, tu sais faire tous les dessins du monde. On a commencé ainsi en réalisant des centaines d’oiseaux sur des fils. Quand mes petits-enfants étaient plus petits, j’ai fabriqué des tyroliennes, des charrettes…mais nous avions des cascadeurs à la maison. Le dimanche quand ils venaient à la maison, nous tremblions. Certains de mes petits-enfants sont passionnés de mécanique, cela se transmet.” Mais Michel constate surtout qu’au niveau transmission, le second degré n’a pas manqué : “Mon fils ne s’étonne plus de rien, et quand je reçois des retours des jeunes, c’est plus comme moi, c’est du second degré. Par exemple, ce week-end, il m’a demandé si je n’avais blessé personne avec les ailes de ma mouette.”

Mais aussi la photo…

Passionné de photo, Michel se consacre actuellement à son futur projet, dont le vernissage est programmé dans un mois : “C’est une exposition consacrée au bassin minier. Les photos reprennent plusieurs sites classés par l’UNESCO. C’est un hommage au sol mineur. Elle se tiendra du 16 au 30 octobre dans l’Eglise de Saint-Martin de Provin. Les photos réalisées sont vieilles de 10 ans, et c’est ça aussi qui est intéressant, les visiteurs pourront constater l’évolution de ces différents sites.”

espo bassin minier Provin

La prochaine exposition de Michel

Enfin, vous connaissez peut-être Michel par le biais de ses photos. En effet, pendant plusieurs années, il a envoyé quelques clichés pour l’émission télévisée puis très vite des vidéos à “Météo à la carte”. Souvent retenues, ces photographies diffusées sur antenne, lui ont permis d’établir des contacts dans toute la France. “J’avais souhaité participer à cette interactivité. J’ai envoyé mes photos et puis des vidéos. Ces passages ont eu des retombées assez drôles, notamment un jour, un couple octogénaire venu du Cantal pour me remercier de mes vidéos tournées dans la presu’île de Rhuys où ils viennent pour leurs vacances. Jojo et Marie-Thérèse se sont présentés à ma porte avec une meule de fromage d’un kilo comme remerciiement. J’ai même eu droit à la rencontre des animateurs et à un reportage grâce à mon implication dans cette émission”.

Je vous invite à découvrir son reportage ici, et surtout sa devise : “Vivre libre et essayer d’être heureux.”

météo à la carte ichel legay

Le reportage consacré à Michel par Météo à la carte, France 3.

Et vous ?

Michel, merci pour votre côté décalé qui permet tellement de positivité et le temps que vous avez consacré à mon projet.

Je garde vos encouragements pour la suite.

Et vous, connaissiez-vous le poisson poubelle ? Pensez-vous que le second degré est une force dans la vie quotidienne ?

J’attends vos avis dans les commentaires.

 

Coralie

 

 

 

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! ;-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •