grand-parent jongler entre travail et son rôle
11 novembre 2020

Comment jongler entre son travail et son rôle de grand-parent ?

Par Coralie

On la nomme la « grand-parentalité active« . Elle concerne les hommes et femmes, qui sont encore au travail lorsqu’ils deviennent grands-parents. Selon une étude de l’INSEE*, en France, on devient grand-parent en moyenne à 54 ans. En Belgique, les sources que j’ai relevées signalent que ce serait plus vers 50 ans.*

Alors comment ces grands-parents, toujours en activité professionnelle, jonglent-ils entre leurs différents rôles ?

J’ai eu le plaisir d’interviewer Bélinda, une jeune grand-mère. Elle a 46 ans, elle est « Nanou » depuis bientôt 6 ans.

Entre un travail à temps plein, une famille recomposée, un solide cercle d‘amis et la pratique d’un sport, son agenda est méthodique.

grand-mère au travail

Un des conseils, un agenda plutôt méthodique…
Photo de Estie Jansseens

Cependant, elle a trouvé le temps de nous partager un petit morceau de son histoire. Et par ce témoignage, elle livre quelques conseils judicieux aux futures et autres « Jeunes Mamies« .

Bienvenue pour ce nouveau portrait, qui concerne, de nos jours, de nombreux grands-parents.

Quand on devient grand-parent, c’est malgré nous !

Effectivement, ce sont nos enfants qui décident de faire de nous des grands-parents.

Bélinda m’explique avec sincérité, que dans un premier temps, lors de cette annonce, elle a ressenti une forme de peur : « J’étais moi-même devenue maman jeune. Je craignais qu’ils passent à côté de choses importantes pour eux. Et puis, il faut bien l’avouer, cela me faisait un peu l’impression de vieillir avant l’âge. Mais surtout, j’étais affolée à l’idée de ne pas pouvoir être une « Mamy à la hauteur ». Celle que la société aime représenter, la Mamy gâteau qui consacre énormément de temps à ses petits-enfants, qui est très impliquée dans leur garde. Je savais que, pour quelques années encore, je serai engagée dans la vie active, que mon temps est compté. Je ressentais clairement une forme de culpabilité. »

Elle a décidé de partager ces constats avec les futurs parents de Mia : « Je leur ai dit, tout de suite, que  mes disponibilités avec ma petite-fille seraient limitées. Au vu de mon emploi du temps, je ne pouvais pas l’accueillir pendant toutes les vacances ou tous les mercredis après-midi. Mais que je serai toujours ravie de partager d’autres moments avec elle. »

Aussi, Bélinda, préconise d’ouvrir immédiatement le dialogue. « Quand on devient grand-parent, les enfants et parfois la société ont des attentes bien précises envers nous. Lors d’une période de ma carrière professionnelle, j’ai été en congé tous les mardis. Un jour, j’ai reçu une photo d’un calendrier. La maman de Mia, m’avait d’office confié la garde, vu que j’étais en congé. J’ai décidé d’ouvrir le dialogue et de leur partager mon opinion.  Je ne souhaitais pas rentrer dans un engrenage, où l’on choisissait pour moi. Je voulais continuer à décider de ce que je fais de mon temps libre. En tant que femme, épouse, maman, belle-mère, employée, et un moment fille…Il est nécessaire d’effectuer certains choix pour maintenir son propre équilibre. Pour certains, cela peut être interprété comme une forme d’égoïsme. Les critiques sont parfois dures et il est très difficile de devoir dire « Non ». Mais c’est important, que chacun puisse trouver une certaine cohérence. »

Néanmoins, Bélinda me précise :  « Quand Mia a besoin d’une garde exceptionnelle, et que je suis  disponible, c’est toujours avec grand plaisir. Nous avons même mis en place des « moments rituels ».

Des « trios » rituels.

Nanou et Daddy sont un couple recomposé. Ils accueillent, encore, un week-end sur deux, le fils de l’époux de Bélinda. En complément, depuis quelques années, ils ont décidé d’instaurer un moment « rituel » avec la petite Mia.

« Nous l’accueillons souvent, un vendredi par mois, pour une nuit et la journée. Là, c’est notre soirée « rituelle ». On commence toujours par l’apéro ! C’est une habitude qui est venue de manière un peu rigolote. J’ai demandé à Mia, que faisons-nous avant de manger ? J’attendais la réponse : se laver les mains, mais c’est l’apéro qui est venu ! Ensuite, nous choisissons un film qui plaira au trio. Et nous organisons notre soirée cinéma. Le matin, elle dort tard.  A chaque fois, elle s’amuse à se cacher toujours au même endroit et je fais semblant de la chercher. Cela dure longtemps mais ça l’amuse tellement ».

La suite de la journée dépend des obligations ou envies : « Elle passe souvent du temps avec son Daddy dans le jardin. Il apprécie particulièrement ces moments en tête-à-tête, où ils s’occupent des animaux, ramassent des pommes. Pour ma part, cela me laisse un peu de temps, pour me consacrer un peu à la logistique de la maison. Quand tout le monde rentre nous discutons. »

Baser les relations sur le dialogue.

grand-parent dialogue

Dialogue de Voldymyr Hryschenko

Bélinda et son époux discutent beaucoup avec Mia. Le choix des films, le programme de la journée, leurs prochaines rencontres, … « Pour le moment, Mia, est notre seule petite-fille. Mais nous souhaitons qu’elle comprenne qu’elle ne décide pas de tout. Nous désirons l’initier à l’importance de dialoguer. Ce n’est pas une méthode que j’ai souvent aplliquée avec mon fils. Aujourd’hui, je suis étonnée de relever à quel point Mia comprend les choses quand on lui explique. Elle a  des souvenirs très présents de nos discussions et accorde beaucoup d’importance à celles-ci. Il lui arrive de me dire qu’elle partage certains sujets abordés avec d’autres personnes. »

Et finalement, avec le temps qui passe, la culpabilité disparaît, car on apprend à jongler, mais surtout à se composer un rôle sur-mesure : « C’est certain, je ne vais pas chercher, souvent, Mia à l’école. Mais elle grandit et je vis des moments spéciaux avec elle, parfois non-conventionnels. Il y a quelque temps, nous étions invités chez des amis, elle nous a accompagnés. Nous avons poussé les meubles et dansé une grande partie de la soirée. Je me dis que ce n’est pas avec toutes les grands-mères que l’on fait cela ! »

 

Et si on proposait un congé aux grands-parents toujours en activité ?

Puisque plusieurs éléments de notre société évoluent (âge de la retraite, emploi des femmes…), le statut de grand-parent actif risque d’être, de plus en plus, répandu. Certains pays européens et des responsables des ressources humaines y réfléchissent. En effet, une partie du personnel « senior« , formé et expérimenté, quitterait plus tôt les entreprises. Les futurs retraités, expliqueraient ce départ prioritairement  par le souhait de s’occuper plus de leurs petits-enfants. En France, l’entreprise Rhodia (rachetée par Solvay) a été, en 2010, une des précurseuse en proposant un congé grand-parental. Celui-ci prenait la forme d’une possibilité de réduction de temps de travail. Cependant, quelques années plus tard, dans une interview consacrée à Europe 1, les gestionnaires ont dû avouer qu’il s’agissait d’un réel flop. Aucun grand-parent, n’avait demandé ce congé. Le service « ressources humaines » justifie ce non-succès par un mauvais calibrage du congé. (Envie d’en savoir plus à ce sujet, l’interview de se trouve ici.)

Effectivement, il faut aussi prendre en considération, l’aspect financier dans cet aménagement. En effet, les dernières années salariales, sont souvent les mieux rémunérées, quelle compensation financière serait proposée pour cette possibilité ? Quelles répercussions sur le calcul de la retraite ?

instaurer un congépour les grands-parents

Photo de Krystztof Kowslik

D’autres entreprises étudient des pistes différentes telles que l’accès à la crèche de l’entreprise grand-parentale, l’accès à la cantine de l’entreprise…

Dans certains pays, les parents pourraient transférer une partie de leurs congés parentaux aux grands-parents, ou encore ailleurs, un congé de 10 jours serait accordé aux grands-parents pour les situations urgentes.

Certains réfléchissent également à l‘extension de la carte « famille nombreuse » pour que ses avantages soient octroyés aux grands-parents.

J’avoue que les articles à ce sujet restent difficiles à trouver, ou sont assez imprécis.

Et pourtant, dans de nombreux pays, où les statistiques prouvent que les grands-parents assurent un accompagnement durable auprès de leurs petits-enfants, ces questions d’aménagements restent un réel enjeu pour demain. Et vous, que proposeriez-vous aux grands-parents actifs ?

Un très grand merci à Bélinda, pour ce témoignage en toute intégrité. Lors de cet échange, elle est revenue plusieurs fois sur l‘importance de discuter de ses choix, envies et difficultés.

Depuis presque vingt ans, je cotoie de nombreux grands-parents. J’ai observé à de plusieurs reprises que le grain de sable dans l’enrouage était souvent lié à un manque, ou une comunication non appropriée. Les grands-parents, représentent souvent aux yeux des plus jeunes une figure rassurante dotée d’expérience. Celle-ci doit vous encorager à ouvrir le dialogue, c’est une des bases de l’équilibre.

Je vous donne rendez-vous, mercredi prochain, en compagnie de Martine dite « Mamylit« . Ce sera un nouveau portrait de grand-mère (les premiers sont ici), qui a décidé de lire volontairement dans les écoles.

D’ici là, que tout aille bien pour vous et vos proches.

Au plaisir de vous retrouver.

Coralie

Qui est mon portrait ?

Bélinda habite le nord de la France.

Son petit nom de grand-mère : Nanou

Elle a une petite-fille Mia (5 ans et beaucoup de jours).

 

* Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques français

** « Etre grands-parents aujourd’hui », notaire.be

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! ;-)
  •  
    452
    Partages
  • 452
  •  
  •  
  •  
  •