grand-mère au carnaval
31 janvier 2021

Une Nany carnaval. Le carnaval de Basècles, un carnaval qui se partage entre générations !

Par Coralie

Cette semaine, c’est en compagnie de Catherine que je vous retrouve. Cette grand-mère basécloise, est une inconditionnelle du Carnaval de son village. Instauré, il y a 41 ans, celui-ci traverse les générations et les rassemble. Même si cette année, il faut se résoudre à le fêter autrement, ce sera pour Catherine et sa famille un des moments rituels de l’année. Cette grand-mère, très impliquée dans le folklore régional, participe à de nombreux événements liés au carnaval, en compagnie de ses deux petites-filles. Car le carnaval de Basècles, ce sont de nombreux moments festifs qui ponctuent toute l’année.

Sonnez les mirlitons ! Je vous emmène à Basècles “E’l pu biau des villôges“.(Le plus beau des villages)

Un carnaval qui traverse les générations.

C’est en compagnie de Luc, son compagnon que Catherine prend le temps de répondre à mes questions. Et en matière de Carnaval ce duo fait la paire ! En effet, Luc est un des fondateurs de cette festivité régionale. Il y a 41 ans, en compagnie d’une poignée d’amis, ils ont fondé les “Crocheux Baséclois”.

Les épouses, les fiancées, les compagnes et amies, des “Crocheux”, ne sont pas restées longtemps en reste. Très vite, les “Basoutières“, ont créé une confrérerie. Catherine complète : “Les Basoutières sont nées en 1989.  Je les ai rejointes , il y aurait eu 31 ans cette année…Dès le début, les filles ont voulu montrer le lien qui les unissait aux crocheux. C’est pour cette raison que nos costumes du cortège, reprennent les couleurs des costumes des hommes. Le nom du groupe viendrait d’un des papas des fondatrices. Dans notre région, beaucoup de femmes étaient amenées à faire la navette vers les bonneteries des villes et villages voisins. Elles étaient surnommées les Basoutières. Le groupe était né, il pouvait rejoindre le Cortège”.

le groupe féminin de carnaval les basoutières

Les Basoutières.

 

De plus, Luc précise, que dès le départ, les organisateurs ont souhaité faire du carnaval de Basècles, une fête qui se partage entre générations : “Au tout début, nous allions chercher les enfants dans les écoles. Nous faisions, ensuite, le rondeau, sur la place du village. Au fil, des années, de nombreux groupes nous ont rejoints, mais l’esprit familial reste primordial.”

Cette année, le carnaval de Basècles, fête ses 41 ans. Au fil de ces années, de nombreux groupes, ont rejoint les rangs. Et souvent, ceux-ci sont des passeurs de mémoire…

Des costumes et un folklore qui transmettent une tranche de l’histoire.

Cathy enchaine : “Nous sommes très portés sur notre village. Et ceci, nous le devons, en partie, au fait que nous ayons la chance d’avoir à Basècles un parolier : Marcel Gras. C’est lui, qui a notamment, écrit l’hymne Basèque, que nous reprenons tous en coeur lors du rondeau. Mais, l’histoire passe aussi à travers les costumes, par exemple, “Les Marbriers et leus Fêmes” représentent un des plus anciens métiers du village qui en a fait sa notoriété. Les “Polichaux“, est un mix entre 2 anciennes professions du Village. En effet, ce nom est inspiré des polisseuses de marbres et des chauxfourniers, qui étaient nombreux dans la région.”

Et on passerait des heures à écouter Catherine et Luc, qui réellement passionnés, ont toujours une petite anecdote à nous raconter. Et même si, cette année, les mesures liées à la crise, modifient fortement l’organisation de ce Carnaval, les Baséclois fêteront le “Carnaval autrement”.

Même si c’est à la maison, on ne saura pas faire sans mettre notre costume et écouter les musiques. Les organisateurs du Carnaval, ont décidé de réaliser une série d’adaptations pour permettre de fêter, quand même, ce moment. Habituellement, pour remplir les caisses afin de couvrir nos différents frais, les groupements organisent de nombreuses festivités. Cette année, nous avons déjà été privés de tous ces contacts. Mais grâce au “Carnaval autrement”, nous retrouvons certains plaisirs du Carnaval. Par exemple, le repas réalisé sur base de produits locaux, faisant suite, habituellement, à la conférence de presse, a été, cette année, proposé en service à emporter. Chaque semaine, de petites surprises, des souvenirs…Nous attendent sur la page Facebook du Carnaval. Cela continue à animer les amis, les familles…”

Une Nany “Carnaval”.

Catherine me confie : “Quand ma fille m’a annoncé qu’elle était enceinte, une des premières choses que je lui ai demandé était de savoir si la peGrand-mère avec ses petites filles au carnavaltite pourrait m’accompagner au carnaval. Elle a tout de suite répondu positivement. Ma première petite-fille avait 6 mois lors de son premier Carnaval. Elle a fait une partie du grand Cortège dans mes bras, dans son petit costume. Et quand, j’y pense, je suis encore fort émue. Ensuite, j’ai pu recommencer avec sa petite soeur. Evidemment, elles ne participent pas à l’entièreté du Carnaval, elles sont surtout présentes pour le rondeau des enfants. Elles n’ont pas encore vu le feu d’artifice, mais cela viendra. Car chaque année, comme elles grandissent, elles participent  un peu plus. La plus grande, qui a 6 ans, est très animée par le carnaval, elle apprend notre chorégraphie, elle chante la chanson…elle m’a accompagnée dans plusieurs sorties, l’année passée.”

Nos villages, des lieux de transmission.

Catherine, a fait de son village, un lieu de transmission : “Il y a le carnaval, mais aussi beaucoup d’autres moments que je partage avec mes petites-filles. Par exemple, quand je vais au cimetière avec la plus grande, c’est l’occasion de lui parler de mon papa, de sa passion pour le Cabaret patoisant, et de ce qu’il aimait faire. J’aime beaucoup marcher également, et nous avons de magnifiques carrières. Nous échangeons, sur le marbre, le travail dans la région, la nature…et je l’écoute, je l’écoute beaucoup aussi ;-)”.

Et finalement, dans cette idée de transmettre Catherine, s’est lancée dans un nouveau projet : “J’aimerais offrir à mes petites-filles, leur arbre généalogique. Il serait ponctué de petits récits. J’ai déjà bien avancé dans mes recherches, mais il me manque une partie des informations. C’est dommage, mon papa les détenait. Donc, si je peux conseiller d’autres grands-parents, ou parents, prenez bien note de tous ces petits récits, des noms sur les photos…pour vous aider au moment venu.”

Merci à ce duo de la semaine, pour cet échange. Si vous souhaitez découvrir d’autres témoignages de grands-parents, rejoignez ma rubrique “52 portraits”.

Spécial carnaval !

Je souhaite à tous les Baséclois, un très bon “Carnaval autrement”.

J’en profite pour vous annoncer que très prochainement, un bonus spécial Carnaval sera téléchargeable gratuitement sur le site. Celui-ci reprendra des recettes, bricolages, jeux, conseils lecture…sur le thème “Un carnaval magique.” Je me suis entourée de grands-parents et d’experts pour vous proposer quelque chose de top 😉

A bientôt, pour un nouveau portrait.

Coralie

Qui est mon portrait ?

Catherine est une grand-mère passionnée de marche. Elle accueille régulièrement ses deux petites-filles Elsa (6.5 ans) et Léonie (2.5 ans).

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! ;-)
  •  
    126
    Partages
  • 126
  •  
  •  
  •  
  •