accompagnement recherche emploi jeune
9 mai 2021

Comment Rose-Marie, retraitée, partage ses compétences pour accompagner des jeunes en recherche d’emploi.

Par Coralie

A l’aube de sa retraite, Rose-Marie visite un salon destiné aux futurs retraités. C’est là, qu’elle découvre, pour la première fois, l’association “Duo for a Job”

Cette initiative, spécialisée dans le coaching intergénérationnel et interculturel, est alors peu connue. Elle permet aux aînés, les “Mentors”, d’accompagner dans le cadre de la recherche d’emploi, des jeunes issus de l’immigration les “Mentees”.

Rose-Marie voit dans cette possibilité de volontariat, une réelle chance de continuer à construire une société plus inclusive et de poser un acte citoyen.

C’était, en 2014, depuis, elle a accompagné 6 jeunes aux profils très différents. Le projet s’est également bien développé !

Cette semaine, je consacre mon portrait à Rose-Marie, future grand-mère, qui décide d’offrir son accompagnement et ses compétences aux plus jeunes.

Continuer à transmettre.

accompagnement recherche d'emploi duo for a job

Rose-Marie et un de ses Mentees, photo “Duo for a Job”, tous droits réservés.

Rose-Marie est ergothérapeute, elle a exercé cette profession, pendant plus de 37 ans, dans un service de neurologie pédiatrique. Dans ce cadre, elle développe de fortes compétences d’écoute active et d’accompagnement.

Quand elle se replonge dans ses souvenirs, à l’aube de sa pré-retraite, dans un “Salon Seniors”, elle constate : “Dans cet événement, de nombreuses firmes exposaient du matériel adapté à différentes pathologies : monte-escaliers, sièges adaptés, prothèses, orthèses, voyages organisés…Je ne m’y retrouvais pas du tout et j’avais l’impression, en franchissant la porte de ce salon, de perdre toute autonomie, tout projet actif. J’étais en recherche de quelque chose qui me permettrait de rester active, d’un nouveau challenge qui m’offrirait la possibilité de continuer à tisser des liens humains, et de prendre un engagement citoyen. La dernière salle du salon était consacrée au volontariat et associations. C’est là que j’ai fait connaissance avec les fondateurs de “Duo for a Job”, cette association qui était toute nouvelle à l’époque.”

Immédiatement, Rose-Marie est séduite par ce concept. En effet, l’idée est simple mais efficace : proposer aux personnes de plus de 50 ans(encore actives ou non) de mettre à profit leurs compétences, afin d’augmenter l’accessibilité au marché du travail pour les jeunes issus de l’immigration.

 “Je ne savais pas encore très bien où j’allais, mais j’y allais. Je me suis inscrite pour ma première formation de Mentor et très vite, j’allais rencontrer ma première Mentee.”

En route pour un nouveau challenge.

Suite à cette formation de base, Rose-Marie rencontre son premier duo :

“Ce qui est génial avec Duo for a Job, c’est que les organisateurs prennent le temps de nous connaître et tiennent compte de qui on est, de nos forces et de nos faiblesses, de nos préférences, pour construire les duos. Normalement, un accompagnement dure 6 mois, mais, pour ma part, je dépasse toujours un peu ce laps de temps. Lors de la première rencontre, une personne de l’organisation nous présente. Ensuite, elle nous laisse en binôme pour faire plus ample connaissance. Après ce premier échange, chaque membre du duo reçoit un coup de fil pour savoir s’il souhaite poursuivre l’expérience. Si c’est le cas, nous débutons l’accompagnement. La base de celui-ci est établie sur une rencontre une fois par semaine. Les coordinateurs ponctuent cet accompagnement par des séances d’intervision. Ils nous proposent de faire le point sur nos démarches, nos difficultés, nos avancées et de mesurer si nous avons besoin d’une aide éventuelle. Nous recevons aussi des compléments de formations réguliers, je dois dire que tout cela est très bien géré.”

Si vous allez faire un tour sur le site “Duo for a Job“, vous constaterez qu’ils proposent une méthodologie d’accompagnement bien rodée. Les professionnels organisent des séances d’informations, des intervisions, des formations, des évaluations…tout au long de l’année.

Un accompagnement différent à chaque fois.

De plus, Rose-Marie m’explique que chaque accompagnement est très différent. “Il y a la personnalité des Mentors et des Mentees, mais aussi l’environnement, les histoires de chaque personne.”.

Pour elle, qui a toujours accompagné ses patients et leurs familles, dans leur globalité, il est important qu’elle puisse offrir à chaque jeune, le fait de trouver sa place. Au fil des années, mon portrait a accompagné des jeunes de différentes nationalités : des Guinéens, un Syrien, une Cambogienne …Des “Mentees” qui ont connu l’exil dans des conditions quelques fois traumatisantes.

“Nous avons besoin de temps pour nous connaître, pour établir le lien. Souvent, les “Mentees” ont un besoin de se stabiliser, de reprendre confiance, avant la recherche même d’emploi. Pour l’une d’entre elle, ayant vécu des traumatismes, il était important qu’elle reprenne confiance en l’humain qui l’accueille. Aller plus loin dans la rencontre, c’est aller au plus près de la personne en tenant compte de ses peurs et de ses blessures. On développe une forme de complicité et j’essaie aussi de créer un réseau de personnes qui porteront un regard bienveillant envers eux. “

Le coaching à la recherche d’emploi devient alors une relation, entre personnes soutenantes, qui se base sur la transmission d’apprentissages et d’expériences. C’est ouvrir des espaces de confiance, de liberté, redonner au Mentee un sentiment d’appartenance.”

Pour Rose-Marie, la relation égalitaire vécue est importante : “Le fait que chaque partie puisse offrir et recevoir quelque chose.”

reprise de confiance emploi

Photo de Brett Jordan sur Unsplash

Recevoir mais surtout donner.

Et dans ces accompagnements, Rose-Marie remarque que, souvent, pour les Mentees, il est plus douloureux de ne plus pouvoir donner que ne plus recevoir…

“Lors de mon passage à la retraite, je désirais continuer à être active, en accord avec la société, avec ses valeurs et mes valeurs. Rester active sociétalement, psychologiquement, physiquement, humainement et citoyennement. Ceci est un travail de tous les instants.  La personne qui est en face de moi, nourrit une nouvelle histoire, un nouveau parcours et je suis auprès d’elle. J’ai un principe de base avec les “Mentees”, je leur dis toujours, tu n’es pas obligé de tout me dire, mais ce que tu me dis doit être vrai, car je vais me battre pour toi.”

Et cette future grand-mère, d’un premier petit-enfant prévu en août, conclut par citer Matisse  : “On ne peut s’empêcher de vieillir, mais on peut s’empêcher de devenir vieux !

Un très grand merci à Rose-Marie et à “Duo for a Job” pour cet échange.

Pour compléter cette interview, je vous signale que, depuis 2013, Duo for a Job a formé 3561 duos en Belgique.

Grâce à ce concept intergénérationnel, 3 jeunes sur 4 ont décroché un emploi, un stage ou une formation à l’issue de cette expérience.

Plusieurs antennes sont présentes dans plusieurs grandes villes belges. Bonne nouvelle, ce concept s’expatrie ! Une antenne est ouverte, depuis presque 2 ans, à Paris et des contacts avec d’autres pays sont en cours.

Enfin, cet accompagnement est totalement volontaire et gratuit pour les “Mentees”.

 

Et vous, connaissiez-vous cette association ? Que pensez-vous du concept ?

A vos commentaires !

On se retrouve la semaine prochaine pour le portrait d’un grand-père aventurier !

D’ici là transmettez, comme ma trentaine d’autres portraits.

Coralie

Pour plus de renseignements

coaching emploi

Consultez le site de l’association, sous ce lien, Duo for a Job 

Pour devenir “Mentor”, 2 conditions ; avoir plus de 50 ans et une expérience professionnelle à valoriser.

Chaque année, l’association organise plusieurs séances d’informations dans ses antennes. (Alost, Anvers, Bruxelles, Liège, Gand, Malines, Paris).

Vous souhaitez bénéficier de cet accompagnement ? Renseignez-vous, dès à présent sur le site.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager! ;-)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •